Terra libra l   www.polmar.com

dauphin_home.gif (1599 octets)  

Mardi 19 Décembre 2000

Ievoli-Sun : propositions de l'armateur incomplètes
(Secrétariat général de la mer)

Les solutions présentées vendredi par l'armateur du chimiquier italien naufragé Ievoli Sun pour traiter l'épave et sa cargaison ne constituent qu'une "approche partielle du sujet", a indiqué lundi à l'AFP Paul Roncière, Secrétaire Général à la mer.
Le document de travail proposant des solutions qui a été remis au secrétariat général à la mer par un cabinet d'avocats représentant l'armateur, "nous a paru un peu court", a-t-il ajouté.
"Nous avons demandé qu'il y ait des compléments qui soient fournis sur un certain nombre de pistes qui nous semblent avoir été insuffisamment prospectées", a-t-il précisé.
Ces compléments de propositions devront être fournis par les représentants de l'armateur pour la réunion prévue le 21 décembre avec le collège des experts, a souligné M. Roncière.
Il faut avoir "une palette de solutions plus complète", a-t-il poursuivi.
Pari les solutions possibles, il a cité le pompage de la cargaison, le renflouement de l'épave, la "fuite contrôlée" (le vidage des cuves dans l'eau) et la polymérisation (une partie de la cargaison est constituée par du styrène, un produit qui finit par polymériser, c'est-à-dire se solidifier).
L'armateur "a écarté d'emblée le renflouement", ce qui n'est pas vraiment surprenant, selon M. Roncière. Cette solution dépend largement de l'état de la coque qui doit être suffisamment solide pour supporter des opérations de cette nature.
"Il est plutôt sur la solution du pompage, mais il faut être plus ambitieux", a-t-il ajouté.
Une fois complétées, les solutions proposées devront être étudiées par le comité de pilotage et le collège d'experts, qui transmettront la solution qu'ils auront retenue pour approbation au ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot, en charge de la coordination interministérielle de la lutte contre le sinistre.
Le Ievoli Sun a sombré le 31 octobre avec 6.000 tonnes de produits chimiques dans ses cuves, dont 4.000 tonnes de styrène. Il repose par 70 m de fond, à 35 km des côtes normandes et 20 km de l'île anglo-normande d'Aurigny.


Mardi 19 Décembre 2000 © Source Multimania

dauphin_home.gif (1599 octets)