Terra libra l   www.polmar.com

dauphin_home.gif (1599 octets)  

Dimanche 10 Decembre 2000

L'Erika a inspiré une pléthore de mesures
pour renforcer la sécurité

PARIS, 10 déc (AFP) - Le naufrage du pétrolier maltais Erika il y a un an a conduit à l'élaboration de vastes mesures visant à renforcer la sécurité maritime en Europe, mais dénuées d'application concrète pour le moment en raison de la lourdeur des procédures européennes.

"Même si cela peut sembler un peu choquant à dire après l'Erika, puis le Ievoli Sun, on est jamais allé aussi vite dans la modification des règles en matière de sécurité maritime", assurait mercredi le ministre français des Transports, Jean-Claude Gayssot, lors d'un point presse sur le sujet.

Fin octobre, la polémique sur la sécurité maritime a été relancée par le naufrage du chimiquier Ievoli Sun au large des îles anglo-normandes, avec le sentiment que rien n'avait changé depuis l'Erika.

Pourtant, les institutions européennes ont mis en chantier un plan d'action destiné à éviter de telles catastrophes à l'avenir, même si le dédale de la législation européenne conjugué à des divergences au sein des Quinze n'a pas encore permis l'application de nouvelles règles.

Le "premier paquet Erika", lancé en mars par la Commission européenne, est le plus avancé. Il prévoit un renforcement des contrôles des navires dans les ports, un contrôle plus serré des sociétés de classification et le retrait progressif des navires à simple coque.

Les sociétés de classification délivrent au navire leur droit de naviguer. Pour l'Erika, comme pour le Ievoli Sun, il s'agissait de la société italienne Rina.

Ce premier paquet, adopté la semaine dernière par le Parlement européen, doit être examiné par les ministres européens des Transports les 20 et 21 décembre à Bruxelles.

M. Gayssot, qui préside ce conseil des ministres jusqu'à la fin de la présidence française de l'UE le 31 décembre, tient à faire entériner ces mesures à cette occasion, avec l'espoir de les voir appliquées dans les premiers mois de 2001.

Même s'il a clairement indiqué ne pas rechercher l'unanimité, le ministre français devra, pour dégager une majorité qualifiée, convaincre au moins quelques-uns des pays les plus réticents: Grèce, Royaume-Uni, Pays-Bas et, dans une moindre mesure, Allemagne et Belgique.

Un deuxième paquet de mesures, adopté mercredi par la Commission européenne, prévoit la constitution d'un fonds complémentaire d'indemnisation pour les grandes pollutions maritimes par hydrocarbures (fonds COPE) pour accélérer l'indemnisation des victimes, qui sera financé par les entreprises européennes importatrices de pétrole. Il s'agit aussi d'arriver à une meilleure responsabilisation de l'ensemble des acteurs du transport maritime.

Est aussi proposée la mise en place d'un système de suivi plus strict du trafic maritime, qui rendrait obligatoire la présence sur les navires passant dans les eaux européennes de "boîtes noires" similaires à celles des avions, pour faciliter les enquêtes en cas d'accident.

Enfin, une troisième série de mesures concerne la création d'une Agence européenne de sécurité maritime, chargée entre autres d'une mission d'assistance technique, de supervision des contrôles dans les ports, d'évaluation et d'audit des sociétés de classification maritime.

Le suivi de cette nouvelle série, qui doit être encore examinée par le parlement européen et le Conseil, sera assuré par la Suède, qui prendra le 1er janvier la présidence de l'UE. "Nous avons déjà eu des contacts avec les Suédois, et ils ont la même approche que nous", a assuré M. Gayssot.

Au niveau mondial, l'Europe négocie avec l'Organisation maritime internationale (OMI, 156 pays) pour l'adoption en avril d'un texte proche du compromis européen concernant l'élimination des pétroliers les plus anciens à simple coque.

Pour être en mesure de se conformer aux nouvelles dispositions à venir, chaque pays devra aussi s'en donner les moyens. La France a ainsi décidé le doublement du nombre d'inspecteurs dans les ports, ce qui porterait leur nombre à 120. Un premier pas, mais "ce ne sera pas suffisant", reconnaît M. Gayssot.

Dimanche 10 Decembre 2000 © Source Yahoo

dauphin_home.gif (1599 octets)