Terra libra l   www.polmar.com

dauphin_home.gif (1599 octets)

Mercredi 01 Novembre 2000


Le scandale des navires-poubelles

Le tanker italien Ievoly Sun, en détresse depuis lundi, a coulé hier matin au large du Cotentin avec à son bord une cargaison de produits chimiques, faisant craindre une nouvelle pollution, un an après l'Erika

20001101BRI_U9.gif (24227 octets)
Le chimiquier a coulé hier par 70m de fond

Dix mois après l'Erika, le naufrage, hier matin au large du Cotentin du tanker italien Ievoli Sun, qui se trouvait en difficulté dans la Manche avec une cargaison de 6 000 tonnes de produits toxiques et 140 tonnes de fioul, a ravivé les craintes d'une catastrophe écologique sur les côtes françaises.

Face à ce risque, Jacques Chirac, président en exercice de l'Union européenne, s'est entretenu par téléphone avec Nicole Fontaine, présidente du Parlement, et Romano Prodi, président de la Commission, pour leur demander qu'ils accélèrent l'« adoption des mesures européennes sur la sécurité des transports maritimes ». Le navire chimiquier italien Ievoli Sun a sombré, hier à 9 heures à 19 km au nord-ouest de l'ile anglo-normande d'Aurigny, alors qu'il était remorqué par l'Abeille-Flandre.

« Une trainée irisée » à la surface de l'eau

L'épave du chimiquier git par 70 m de fond à trois kilomètres de la fosse des Casquets, à 35 km à l'ouest de la pointe de La Hague. La zone a été interdite de survol et de passage par crainte d'une explosion. Le plan Polmar-mer a été déclenché « dans la mesure où une partie des produits sont susceptibles, s'il y a déversement dans la mer, de remonter à la surface et d'être éventuellement récupérables par des techniques proches de celles utilisées pour les hydrocarbures », a expliqué le vice-amiral Jacques Gheerbrant, préfet maritime de l'Atlantique.

« Une trainée irisée » orientée vers le nord-est, sur 700 à 800 m de long et 10 à 20 m de large, qui pourrait être du styrène ou du gazole a été repérée à la surface de l'eau, a indiqué le ministre des Transports.

Egalement inspecté par la société RINA

Shell, affréteur du styrène de l'Ievoli Sun, a assuré que le styrène n'aurait pas « d'effets néfastes sur l'environnement marin ». Mais, les spécialistes étaient, hier, divisés sur la toxicité réelle de la cargaison.

Affecté par une voie d'eau, le tanker chimiquier italien avait donné l'alerte dans la nuit de dimanche à lundi, alors que soufflait la tempête. Remorqué hier matin par l'arrière par l'Abeille-Flandre, qui tentait de le ramener au port de Cherbourg, l'Ievoli Sun s'enfonçait déjà par l'avant dans l'eau, de 1,50 m. Les 14 membres d'équipage avaient été hélitreuillés lundi matin.

Le navire était parti de Fawley (Grande-Bretagne). Construit en 1989, le chimiquier, propriété de l'armateur italien Marnavi, avait été inspecté par la société de classification italienne RINA, la même que celle de l'Erika, et classé 35 sur un indice de vétusté qui en compte 50.

Deux enquêtes ont été ouvertes : l'une par le Bureau enquêtes et accidents et l'autre par la Justice.

Mercredi 01 Novembre 2000 © Source Nice-Matin

dauphin_home.gif (1599 octets)