Terra libra l   www.polmar.com

dauphin_home.gif (1599 octets)

 

Remorqueur de haute mer Abeille Flandre


Réalisation Guillaume Rueda (G.Rueda@wanadoo.fr) - source Flottes de combat 2000, Annuaires des navires de commerces français, à lire: "l'Abeille d'Ouessant" de Hervé Hamon, Edition du Seuil/ photo Yannick Lebris).

Construits par le chantier Ulstein Hatlo A/S à Ulsteinvik (Norvège) pour le compte de l'armement Neptun Transport and Marine Service A/B (Suède), le remorqueur de haute mer Abeille Flandre (ex Neptun Suecia) est en service depuis 1978. Il appartient à l'armement Abeille International, mais est affrété depuis le 14 décembre 1979 par la Marine Nationale. Sa mission est d'assurer des opérations d'assistance dans les zones maritimes à fort trafic.

L'Abeille Flandre est basé à Brest, et assure la sécurité au large des côtes de Bretagne. Disponible en 20 minutes, l'Abeille Flandre appareille dès que le vent dépasse 25 noeuds à Ouessant. Deux commandants, Charles Claden et Nicolas Seler, et leurs douze hommes d'équipage s'y relaient.

L'Abeille Flandre a un sistership, le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc.

chain2.gif (2556 octets)

Quelques faits et chiffres

De septembre 1979 au 1er janvier 2000 l'Abeille Flandre a opposé 759 missions au large d'Ouessant, évitant 1 142 000 tonnes de pollution au mazout aux côtes bretonnes. Sur ce nombre :

- 195 navires étaient en effet en difficultés majeures. Pour notamment 12 pétroliers, 7 transporteurs chimiques et deux ferries, la catastrophe a été évitée de justesse, dans des conditions météo extrêmes.
- 187 missions d'escorte pour des navires en avarie. Parmi eux, 19 pétroliers et huit chimiquiers.
- enfin, à 279 reprises, et pour notamment 14 pétroliers et six chimiquiers, elle s'est aussi portée à proximité de navires, pour une mission dite d'alerte ou "stand-by".

Le week-end du naufrage de l'Erika, 400 bateaux, dont 84 hors normes, empruntaient le rail d'Ouessant selon la Préfecture maritime Face à cette menace perpétuelle, le Préfet maritime dispose d'une arme valable dans les eaux territoriales, et même dans les eaux internationales si les intérêts de l'Etat côtier sont menacés : la mise en demeure. Dans les faits, le capitaine et l'armateur du navire sont sommés de faire cesser la situation de danger. Un délai de 1 h, 6 h ou 12 h est accordée, selon l'urgence et la gravité de la situation. S'ils n'obtempèrent pas, l'Etat se substitue à eux et décide d'amener le bateau vers le port, ou vers le large, aux frais de l'armateur.

chain2.gif (2556 octets)

Avril 2000 - 200ème remorquage !
L'Abeille-Flandre a procédé le 10 avril 2000 a son 200ème remorquage. Le remorqueur s'est porté au secours du caboteur danois Sea Rose, en avarie de gouvernail à la pointe de Bretagne et l'a ramené à Brest, avec ses marins sains et sauf. (Cols Bleus n°2526 du 15 avril 2000)

chain2.gif (2556 octets)

Avril 2000 - Un cargo secouru par l'Abeille Flandre
L'Abeille-Flandres a effectué, dans la nuit du 3 au 4 avril 2000, une nouvelle sortie, cette fois au secours du Victor, cargo de 102 mètres de long battant pavillon lituanien. En panne de machines du fait d'une voie d'eau et aux prises avec des creux de 6 à 7 mètres à une cinquantaine de milles au suroît d'Ouessant, le commandant russe du Victor, devant le risque d'une opération de remorquage de nuit, a préféré attendre le matin pour être pris en charge. Au cours de la manœuvre, deux marins de l'Abeille ont été légèrement blessés. L'Abeille et le Victor sont arrivés hier soir au port de commerce de Brest. (Le Télégramme 5 avril 2000)

dauphin_home.gif (1599 octets)