polmarcom2.jpg (12647 octets) La pollution

Accueil Remonter Planète bleue Forum Liens Recherches Contact

 

Qu'est-ce que la pollution ?

 

1) Définition 

Souillure, infection contribuant à la dégradation d'un milieu vivant. Ex: pollution des eaux.

 

2) Proverbe indien 

Lorsque l'homme aura coupé le dernier arbre
Pollué la dernière goutte d'eau
Tué le dernier animal et pêché le dernier poisson
Alors il se rendra compte que l'argent n'est pas comestible

 

3) La Méditerranée en péril 

Sous ses airs de Paradis Marin, la méditerranée est victime d'un profond malaise écologique. La croissance démographique galopante des villes côtières, la pollution, l'afflux touristique inquiétant, menacent la faune et la flore de cette mer.

Malgré son statut de « Mer la plus surveillée du monde », la mer méditerranée souffre.

En effet les pays méditerranéens ont souvent tendance à considérer la mer comme leur tout-à-l'égout: pétrole, polluants chimiques, déchets, goudrons, métaux... ils menacent à la fois la faune et la flore marine et d'autres part la santé des baigneurs.

Les principaux responsables de cette dégradation, ce sont NOUS les citadins.

 

4) Les différentes pollutions 

LA POLLUTION DES MERS PAR LE PETROLE

Le pétrole déversé en mer constitue une pollution importante et préoccupante à l'échelle globale. Sachant que le cinquième de la production provient des gisements offshores, des accidents surviennent pendant l'extraction et le transports des hydrocarbures.

On estime à six millions de tonnes par an la quantité d'hydrocarbures introduite dans les océans par l'activité humaine ce qui constitue par conséquent une cause fondamentale de la pollution des océans.

Sachant que l'on estime à 6 millions de tonnes la qualité d'hydrocarbures introduite tous les ans dans les océans et qu’une tonne peut recouvrir environ une surface de 12 kilomètres carrés; les océans sont donc contaminés de façon quasi permanente par un film d'hydrocarbures.

 

fou de bassan.jpg (10098 octets)

 

Aussi dramatiques que soient les conséquences à court terme d'une pollution par hydrocarbure, il n!y a donc quasiment pas de traces à long terme.

L'étude des repeuplements a permis de mettre en évidence l'importance de succession des différentes phases permettant le retour et la restructuration des espèces vivantes et le retour à un nouvel équilibre des écosystèmes touchés.

POLLUTION PAR LES REJETS D’EFFLUENTS URBAINS

Cette pollution est provoquée par les eaux usées d'origine domestique et industrielle.  Pendant la saison estivale, on constate sur les côtes nord Méditerranéennes, due à l'arrivée massive des touristes, une augmentation de la pollution des eaux marines par des matières organiques fermentescibles d'autant plus que les stations d'épuration sont saturées.

Des études ont montré que le déversement d'effluents urbains à raison de seulement 7.5 mètres cubes /sec à suffit à dégrader voire à détruire totalement le peuplement sous-marin sur plus d'une centaine d'hectares jusqu'à une profondeur de 40 mètres.

Les rejets de l'agglomération de Marseille ont provoqué des dégâts encore plus catastrophiques ainsi les peuplements infra-littoraux à Cysioseira stricta, une grande algue brune, étaient altérés par cette pollution dés 1975 sur une vingtaine de kilomètres carrés.

 

pollution3.jpg (10104 octets)

 

Heureusement, la mise en service d'une station d'épuration traitant 53% des eaux usées de la région de Marseille, a déjà permis de reconstituer de manière significative des communautés marines sur une partie importante de la zone dégradée.

« Sachant que l'on estime que la population devrait être multipliée par quatre d'ici à l'an 2025, il faut être très vigilant envers lesintentions des promoteurs immobiliers, pour ne pas que les conséquences de la destruction du littoral et de sa flore soit irréversibles... »

POLLUTION LITTORALE PAR MACRO-DECHETS

Le problème de la Méditerranée, c'est le manque de forts courants et de marées. 

Autre problème, celui d'une population côtière de plus en plus importante et un afflux touristique saisonnier surabondant.

Il faut donc pouvoir gérer les rejets occasionnés, ce qui n'a été mis en oeuvre que depuis peu de temps (une quinzaine d'années environ). Les communes côtières n'étaient pas suffisamment équipées en matière de station d'épuration, d'usine d'incinération, ou de dispositifs de nettoyage du littoral. 

Mais la mission est loin d'être accomplie sur le littoral méditerranéen.

La vigilance doit être journalière pour deux raisons essentielles: le courant et le manque de civisme des usagers du littoral.

 

5) La Taxifolia

La Caulerpa taxifolia est apparue en Méditerranée en 1984, elle est devenue depuis l'algue star dans les rubriques écologiques des médias. 

Cette algue d'un beau vert foncé a souvent été utilisée dans l'ornement des aquariums.

En 1984, elle est repérée pour la première fois au pied du musée océanographique de Monaco. 

En 1989, Alexandre Meinesz fait les premières études sur cette algue. Selon lui, l'algue serait devenue Méditerranéenne après la vidange accidentelle d'un aquarium du musée de Monaco dans la mer.  Cependant cette hypothèse n'a jamais été prouvée.

On peut la trouver de la surface jusqu'à une profondeur de 100 mètres.

Elle se développe sur tous types de substrats.

En 1990, elle recouvrait trois hectares; on estimait, en 1992, que la surface qu'elle occupait était de plus de cent hectares. 

En 1994, elle occupait plus de 20 fois cette surface et en 1996 9 elle avait colonisé plus de 1500 hectares et nul ne sait comment arrêter la progression de la caulerpa. 

De surcroît, elle est favorisée par le manque d'entrain des brouteurs naturels attribué à la présence de toxine synthétisée par l'algue.

L'impact de la caulerpa sur l'écosystème de Méditerranée est considérable. 

Dès 1991, on a remarqué qu'elle avait recouvert des herbiers à Cymodocea nodosa et surtout à posidonie. L'herbier à posidonie semble dans un premier temps bien réagir au contact de l'algue, en augmentant sa production. Puis, une fois totalement envahie, la posidonie montre des signes de stress (chute des feuilles ... ) qui aboutit à une régression puis à la disparition totale de l'herbier ainsi que des algues poussant sur les posidonies. 

Malgré plusieurs années de recherche aucun moyen efficace n'a encore été trouvé pour limiter l'expansion de la caulerpa. Seules les campagnes répétées d'arrachage manuel donnent des résultats. Mais, malgré ces campagnes, l'algue repousse en quelques semaines avec une croissance.

 

guidepol4.jpg (18264 octets)

 

6) La Posidonie 

Elle peut atteindre 1 mètre de long.  On la trouve entre 2 et 20 mètres de profondeur.  Elle possède des fleurs et des fruits.  Les posidonies peuvent recouvrir de très grandes surfaces de fonds sablonneux.  On les trouve aussi sur les fonds rocheux mais en plus petit nombre. 

 

7) L'étrange mort des gorgones

Cet été, un phénomène inquiétant a été observé le long de nos côtes, de l'Italie Jusqu’à Marseille. Les gorgones qui peuplent les tombants rocheux meurent de façon irrémédiable et massive. L'exceptionnelle température élevée en profondeur serait à l'origine de cette disparition. 

Reste à savoir si ce pic de chaleur en profondeur est un phénomène exceptionnel ou s'il s'inscrit dans un cycle de réchauffement.

Mais depuis quelque temps, on parle également d'un réchauffement des eaux très profondes de la Méditerranée, de l'ordre de 0,2 degrés en trente ans, et de la présence d'espèces qui, habituellement, s'épanouissent plutôt du côté des côtes africaines ou orientales...

Aucune hypothèse n'a pour le moment été retenue.  Les scientifiques enquêtent.

 

8) Les gestes bleus pour protéger les équilibres marins 

pourvivrelamerpropre.gif (6342 octets)

*Repérer les emplacements appropriés pour vous débarrasser de vos déchets et huiles de vidanges

*Ne jamais jeter à la mer des sacs en plastique

*Plutôt qu'un détergent, utiliser un savon biodégradable

*Eviter de considérer le port ou la plage comme un lieu de résidence 

*Respecter les tailles minimales de capture pour les poissons, les crustacés et les coquillages
(Attention ! Certaines espèces sont protégées et d'autres sont soumises à des interdictions de
pêches durant certaines périodes et sur certaines zones.)

*Jeter votre ancre le plus souvent possible sur des bancs de sables

 



Précédente Accueil Remonter Suivante


polmar@manon.org -
Lettre.gif (4085 octets) - créé le 12/04/2000